Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (note de lecture de Christian Delarue)

Martine Boudet, membre des Cahiers pédagogiques et de l’AFEF, a co-dirigé avec Florence Saint-Luc, du mouvement Freinet, un important ouvrage collectif sur les enjeux de la recherche et de l’enseignement.

L’essai débute sur une mise en contexte du système qui permet de recadrer le débat théorique en usage dans le milieu : il s’agit d’exposer les incidences de l’économie dite de la connaissance (voir le chapitre « Capitalisme cognitif, cybernétique et Ecole », Emmanuel Brassat). Constitution, au sommet de la pyramide, d’une élite d’experts et progression de l’échec scolaire et des violences à la base résultent pour les auteurs d’une mondialisation dominée par l’économie orthodoxe et la technoscience, par une « économie de l’immatériel » encore peu conceptualisée et pondérée.

Comme le management néolibéral est entré dans les hôpitaux et dans d’autres services publics, il s’est imposé dans l’Education nationale en dépit de sa mission émancipatrice, la mise sous tutelle des personnels s’ajoutant à la sélection des publics sur un critère de compétitivité, en fonction de paramètres de classe, d’origine et de genre notamment.

Mais la crise ne vient pas que de l’extérieur, du contexte car, par leur centralisme autoritaire, l’Etat républicain et l’Ecole eux-mêmes sont porteurs d’exclusions qui viennent s’ajouter (au lieu de les corriger) aux iniquités de la société. Cela n’est pas toujours bien perçu car « il y a dans l’opinion publique une non prise en compte du facteur proprement scolaire de l’inégalité sociale qui s’exprime dans les différences culturelles qui séparent ou rapprochent les élèves des savoirs et des exigences scolaires » (p21). Martine Boudet nomme quelques plaies du système, le fonctionnalisme impersonnel, le formalisme uniformisant, le positivisme désenchanté, le défaut de multiculturel et d’interculturel, ce qui est non seulement nuisible à l’objectif affiché d’égalité (en une époque de diversité des publics) mais aussi un facteur d’entrave à la déconstruction des stéréotypes. Ce déficit n’est pas négligeable en ces temps de xénophobie et de nationalisme accrus.

Sous le ministère de V Peillon, la loi sur la refondation de l’Ecole (2013) rétablit quelques équilibres en matière de formation des enseignants (création des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation/Espe) et d’éducation à la citoyenneté (mise en place d’un enseignement de morale laïque et civique de la maternelle à l’université). Ce dispositif est-il suffisant au regard des enjeux et des problèmes rencontrés ?

Interrogeant le potentiel émancipateur des savoirs et cultures, les auteurs élaborent des propositions concrètes en termes de programmation disciplinaire et de politique éducative. L’accent est mis sur la revalorisation des sciences humaines et sociales et de la coopération francophone, ainsi que sur la pédagogie de la diversité et de l’interculturel, pour l’inclusion des publics périphériques, notamment originaires des suds. Les pistes avancées portent d’une manière générale sur le rééquilibrage des humanités, dans la perspective d’autres modes de développement et d’une véritable démocratisation de la cité.

Christian Delarue

|  Par REFONDATION ECOLE

—————————-

Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance, Martine Boudet et Florence Saint-Luc (coord) – Préface de Philippe Meirieu (Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2014)
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *