Pour des Etats généraux du Français et des Lettres

 I-Etat des lieux disciplinaires

A-   Une actualité de reflux

             Des éléments symptomatiques, convergents et répétés, incitent à diagnostiquer une crise de croissance de nos disciplines.

         -la séparation croissante entre les degrés (université et primaire/secondaire) et entre les spécialités (Lettres et linguistique), ce qui pose le problème de la transmission des savoirs académiques et de leur transposition didactique[2].

          -le reflux de la composante didactique, élément de médiation, ce qui a pour effet de renforcer la normativité administrative voire l’autoritarisme inspectoral

          – l’abandon progressif de la méthodologie et de la typologisation propres à la grammaire du discours et à la lecture méthodique, depuis 2001 (année de la réforme en lycée), 2008 (année des programmes Darcos) et 2015 (année de la réforme des programmes en collège). D’où une perte de vision contextualisée et globale, de type systémique.

        -une crise sévère de recrutement en Lettres modernes et classiques[3].  Autre facteur relatif aux ressources humaines, la démission en  2014 de la présidence du CSP (Conseil supérieur des programmes) d’Alain Boissinot, ancien Inspecteur Général de Lettres et promoteur de la grammaire du discours[4]. D’où l’impression pour la corporation d’être orpheline et laissée pour compte.  

        Pour évaluer ces passifs, un retour sur la dernière période de la discipline et ses évolutions programmatiques et stratégiques s’impose. Deux secteurs seront plus particulièrement étudiés, ceux de la grammaire du discours et des Lettres.

B- Crise des études littéraires et de la grammaire du discours

        Les titres et propos des essais ci-après (peu connus de la corporation) sont indicatifs de la crise des études littéraires, comme élément d’une crise identitaire voire civilisationnelle:

Contre Saint Proust ou la fin de la littérature,  de Dominique Maingueneau (Belin, 2006)[5].
La littérature en péril, de Tzvetan Todorov (Champs, 2007)[6]
Pourquoi étudier la littérature?  de Vincent Jouve (A Colin, 2010)[7].
Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature ? de Jean-Marie Schaeffer (T Marchaisse, 2011)[8].

         A l’échelle du secondaire, cette crise se manifeste sur deux plans, aux niveaux  programmatique et didactique. 

         L’introduction de la littérature francophone en lycée, programmé dans le texte de réforme de 2001 n’a pas été appliquée. Dans le même temps, la tentative bienvenue de mettre au programme de la filière littéraire des oeuvres francophones (de Césaire, de Senghor…) a été interrompue. 

         Concernant la grammaire du discours, une perte du même ordre est à déplorer, au profit de fondamentaux d’une grammaire de phrase décontextualisée. Le remplacement de la lecture méthodique (jugée trop formaliste) par la lecture analytique n’est pas convaincant théoriquement, il ne repose pas sur des principes analytiques solides, qui permettent une véritable autonomisation intellectuelle des bacheliers.

        Un apport de la période est celui de la lecture subjective (issue de la critique de la réception), qui favorise l’expression des élèves. Mais la démarche en reste à des expériences psycho-individuelles sans théorisation.

        Cette politique disciplinaire conduit à un enseignement largement implicite de la grammaire du discours et de la lecture des textes. Ce double constat amène à penser que la discipline s’est en partie refermée sur des objets patrimoniaux, relevant de « l’identité nationale » et des « fondamentaux », qu’il s’agisse de la littérature française ou de la grammaire de phrase…En quoi l’orientation donnée sous le ministère de Xavier Darcos a t-elle été remise en cause depuis lors? Cela dans une période où le pays se confronte aux enjeux de la mondialisation et de sa médiatisation (société de la communication et de la connaissance).

II- Contextualisation géo-historique de l’exercice disciplinaire

        Le rapport de l’UNICEF sur les inégalités scolaires confirme la situation qui prévaut en France, notre pays étant classé 35e sur 37e des pays de l’OCDE. Un article de la Croix[9] relève un élément d’explication, celui d’un déficit de gestion des spécificités, notamment culturelles, des publics. Ce fait est particulièrement notable dans les établissements des quartiers populaires.

        Il est intéressant de rappeler que l’idée directrice du plan Wallon-Langevin consiste à « offrir à tous d’égales possibilités de développement, ouvrir à tous l’accès de la culture, (…) démocratiser moins par une sélection qui éloigne du peuple les plus doués que par une élévation continue du niveau culturel de l’ensemble de la nation » (Henri Wallon, 1946). Pour ce faire, doivent être sollicitées les ressources des principales composantes académiques et des sciences de l’éducation. Défendre l’Ecole face aux réactionnaires adeptes de la sélection sociale nécessite aussi de réactiver les collaborations entre pédagogues et didacticiens. En effet, les déséquilibres et les phénomènes de sélection s’opérent surtout au niveau des savoirs et cultures transmis.

          Actuellement, les recherches-formations en didactique sont quasiment impossibles en grammaire du discours (sur la base des travaux de Dominique Maingueneau et d’Eveline Charmeux, de la revue Pratiques…), en grammaire sémantique (voir les travaux de Patrick Charaudeau), en littérature non française (dont la littérature francophone et des outre-mer), en sémiologie, en littérature comparée. D’où un empêchement à accéder à la société mondialisée et médiatisée via les outils scientifiques et culturels adéquats.

           L’un des enjeux de la période est en effet celui de l’accès des publics à une pensée complexe, l’économie néo-libérale de la connaissance spéculant désormais sur la rentabilité des savoirs, en premier lieu scientifiques, technologiques, économiques, ainsi que des cultures dominantes. Les humanités littéraires et les sciences de l’éducation font partie d’un champ -les sciences humaines et sociales- en voie de lamination.  Pour en revenir au collège, les disciplines qui ont fait l’objet de débats étaient principalement linguistiques : quel avenir offrir aux langues anciennes, régionales, européennes…?

            Pour en revenir au français, discipline dite fondamentale, à la marginalisation des enseignements précités, s’ajoute désormais le spectre de la désagrégation des Lettres classiques. Autant de facteurs d’assèchement de  la pompe culturelle, de la source d’inspiration créatrice qui a fait les beaux jours de la littérature  nationale.

       La crise identitaire impacte spécialement la jeunesse scolarisée des quartiers populaires, à en juger à la violence récurrente dans les établissements et au nombre élevé de candidats djihadistes (comparé aux autres pays européens). Cela dix ans après les émeutes juvéniles (en 2005), les plus violentes connues dans le même espace.  De l’intérêt, dans cette discipline fondamentale et donc discriminante qu’est le français, de traiter des questions relatives à la diversité et à l’interculturel. Un axe d’élaboration francophone (sous différents aspects, linguistique, littéraire, culturel…) serait bienvenu par exemple. Ces paramètres peuvent compléter un programme acculturant, dont la légitimité n’est pas à mettre en doute au demeurant.

       Plusieurs films, qui portent sur les difficultés d’enseigner le français et sur de nouveaux enjeux disciplinaires dans ce contexte, ont été primés:  

–  L’esquive, film  d’Abdellatif Kechiche (2004). Plusieurs Césars en 2005, dont ceux des meilleurs jeunes espoirs masculin et féminin, décernés à des acteurs de la diversité, Osman Elkharraz et Sabrina Ouazani.

     – Subventionné par France 2 et l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion nationale et l’égalité des chances), Entre les murs, film de Laurent Cantet, adapté du livre de François Bégaudeau (palme d’or au festival de Cannes 2008).

      – La journée de la jupe (2009), de Jean-Paul Lilienfeld (prix d’interprétation féminine pour Isabelle Adjani aux César 2010)

          Un autre film, plus récent, montre que l’interculturel peut ne pas ghettoïser ni stigmatiser, son objectif étant de favoriser un dialogue, une ouverture vers l’altérité, une optimisation des différences (en cours d’histoire-géographie dans ce cas):

      –  Les Héritiers, film  de Marie-Castille Mention-Schaar (2014). Adapté de l’essai du lycéen  Ahmed Dramé, Nous sommes tous des exceptions (Ed Fayard, 2014).  

III- Lecture comparative de politiques disciplinaires

        Si le FLM subit des formes de repliement sur un entre soi ethno-national et scolaire, le FLE-FLS reste attaché à sa didactique, dont l’objet de référence est de manière significative le français comme « langue-culture ». A ce propos, il faut saluer la création en 2013 d’une option FLE au CAPES de Lettres modernes[10].

      L’option didactique est également revendiquée par les mathématiques, les IREM[11] unifiant la corporation sur les programmes disciplinaires (des professeurs des écoles aux universitaires en passant par les corps d’inspection). A la différence des mathématiques en filière scientifique par exemple ou de l’économie en filière SES, il est à noter que le pôle Lettres dans la filière littéraire est limité : il comporte peu d’éléments de spécialité (par rapport à l’enseignement du français dans les filières générales) et ne possède pas de manuel spécifique.

      La comparaison entre les filières littéraire et scientifique montre que ces déséquilibres disciplinaires sont aussi de genre, la filière littéraire étant largement féminisée, tant au niveau des enseignant(e)s que des publics. La dérive pédagogiste s’apparente dans ce cas à une forme d’enfermement maternaliste dans les processus internes d’apprentissage (les élèves étant les « enfants de la famille République »), pendant que l’élite masculine se partage les pouvoirs scientifiques et sociaux correspondants. En français, cet enfermement dans le duo enseignant(e)-élève est notable, à en juger aux tutelles hiérarchiques qui entravent l’expression des différences et la remontée des innovations.

      Pour la prochaine rentrée des lycées (2016), un projet de programme pour un enseignement d’exploration en informatique et en création numérique[12] est à l’étude. Des passages qui portent sur l’utilisation interdisciplinaire de cet enseignement attirent l’attention. L’exemple qui concerne langues et Lettres est indicatif de la pauvreté de ces apports autres, par comparaison avec le riche jargon informatique. Les outils de la grammaire du discours ne sont pas cités[13]. Cette innovation confirme la tendance à la déperdition d’humanités au profit d’une technoscience utilitariste.

         Les sciences économiques et sociales (SES) offrent un exemple dynamique de défense de leurs composantes actuellement minorées, la sociologie et l’alter-économie (ou économie hétérodoxe). Comme le montre cet éloge de leur enseignement par Thomas Piketty et Stéphane Beaud[14], publié par l’APSES, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales. A signaler également l’existence de l’association des économistes atterrés[15], qui s’inscrivent activement dans le débat public, à partir de leur spécialité disciplinaire.

IV-Perspectives programmatiques : pour l’élargissement des composantes académiques et didactiques

         Au regard des rapports de force interdisciplinaires et au-delà socio-cognitifs, et dans un souci de rééquilibrage, il incombe au CSP (Conseil supérieur des programmes), à l’IFE, au CNIRE (Conseil national de l’innovation et de la réussite éducative)[16], aux ENS et ESPE ….de réactiver la formation et l’enseignement en français et en Lettres.

         Concernant l’initiation à la littérature francophone, il serait bienvenu que des documents d’accompagnement paraissent et qu’une formation initiale et continue soit octroyée. Les personnels des outre-mer, anciens coopérants, enseignants en REP et en banlieue… pourraient contribuer à cette démarche d’ouverture. L’appel à la « refondation de l’enseignement des humanités », à l’initiative de Barbara Cassin et Florence Dupont, propose une revalorisation de cet ordre, à partir des Lettres anciennes[17].

        La promotion d’une intelligence collective progressiste est d’autant plus importante que le capitalisme cognitif mise quant à lui sur l’accélération exponentielle des innovations à base techno-scientifique véhiculées par le numérique, et qui menacent les fondamentaux civilisationnels des nations[18]. De l’urgence, dans le champ des sciences sociales, de didactiser une formation et un enseignement dignes de ce nom dans les domaines de la linguistique de la communication, de l’anthropologie culturelle et de la géo-politique, notamment. Ces nouveaux éléments programmatiques et de méthode contribueraient au rayonnement des valeurs républicaines, face aux obscurantismes réactionnels.

        Des rééquilibrages disciplinaires et programmatiques de cet ordre, même limités quantitativement mais fermes dans la volonté politique, inciteraient l’opinion à sortir des contingences actuelles, marquées par le repli sur soi xénophobe, nationaliste ou corporatiste, le techno-économisme, la gestionite, le complotisme et le radicalisme religieux, et à retrouver le chemin des « humanités » chères à notre pays et en grande partie à l’origine de son rayonnement.  Elargir le cercle des références culturelles aide  à se décentrer et à se libérer de la propagande véhiculée par les médias dominants. L’avenir de l’enseignement des langues dont le français est un axe fédérateur pour réfléchir à un pacte social actualisé. 

          V-Perspectives stratégiques : pour des Etats généraux disciplinaires

        Au vu des évolutions socio-institutionnelles, des représentants des Lettres anciennes ont organisé des Etats généraux de leurs disciplines[19]. Il serait intéressant que les Lettres modernes s’organisent de même, dans leurs différentes spécialités et valences, de manière  à peser dans le débat public et institutionnel, notamment auprès du CSP, de l’IFE, du CNIRE, des IG, des ESPe….

         Deux préconisations stratégiques seraient notamment à arrêter, pour une véritable refondation:

         -renforcer ou réactiver les collaborations entre les différents pôles des sciences de l’éducation, pédagogique, didactique, de l’ordre de la politique éducative…

         -renforcer ou réactiver les collaborations entre les degrés et secteurs, la formation initiale et continue des enseignants (dans les ESPE) étant l’élément médian qui doit assurer l’interface dans les deux cas. 

—————————————————————–

Notes de lecture

[1] Martine Boudet, A propos du colloque de la revue Pratiques (2015)  http://pfl.hypotheses.org/223
Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance
(Presses universitaires du Mirail, 2014)-Co-direction
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

[2] Le colloque sur le 40e anniversaire de la revue Pratiques (avril 2015) s’est tenu en l’absence de professeurs du primaire et du secondaire. L’AFEF privilégie de son côté l’option pédagogique, en phase avec le discours institutionnel.

[3] 1316 postes étaient à pourvoir en Lettres modernes en 2016 et seuls 1079  l’ont été. En Lettres classiques, 70% de postes ne sont pas pourvus : 68 pourvus sur 230 postes ! Laurent Nunez,  Concours de l’enseignement, Revue Marianne, du 15 au 21 juillet 2016

[4] Alain Boissinot, Perspectives actuelles de l’enseignement du français (dir.), CRDP de Versailles, 2001 http://www.lepoint.fr/societe/education-nationale-alain-boissinot-les-raisons-d-une-demission-11-06-2014-1835278_23.php

[5] « Aujourd’hui la question porte non sur le comment de la production littéraire et de son étude, mais sur l’existence même de la littérature et l’intérêt de son étude. Au-delà, ce qui est sous-jacent, c’est une crise de civilisation qui embrasse à la fois les nouvelles technologies de la communication et l’identité européenne. »

[6]Tout en se réclamant de la contestation et de la subversion, en tout cas en France, les représentants de la triade formalisme-nihilisme-solipsisme occupent des positions idéologiquement dominantes. (…) Pour eux, la relation apparente d’une oeuvre au monde n’est qu’un leurre. (…) Les livres venus de l’étranger, et en particulier de continents autres que l’Europe, ne participent pas de cet esprit. Il reste que la forte présence de cette conception à la française produit une image singulièrement appauvrie de l’art et de la littérature.”

[7] Extrait de l’avant-propos : «Nous sommes aujourd’hui confrontés à une crise des études littéraires, qui s’exprime par les interrogations suivantes: à quoi sert l’enseignement des Lettres? Faut-il le maintenir? Et si oui, que faut-il y faire?»

[8] 4e page de couverture : «La crise actuelle des études littéraires est d’abord une remise en cause de leur légitimité. À quoi peuvent-elles servir? Comment envisager leur avenir?»

[9] http://www.la-croix.com/Monde/Inegalites-entre-les-enfants-la-France-pointee-du-doigt-par-l-Unicef-2016-04-14-1200753311

[10] http://www.afef.org/blog/post-les-enjeux-de-la-cruion-d-une-option-fle-au-capes-de-lettres-par-isabelle-gruca-p1163-c48.html

[11] Le portail des IREM : http://www.univ-irem.fr/

[12] http://www.education.gouv.fr/cid89179/projet-de-programme-pour-un-enseignement-d-exploration-d-informatique-et-de-creation-numerique.html

http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/91/2/prog_Informatique_et_creation_numerique_19_mai_425912.pdf

[13] Exemple 4: «Développer un programme de traitement de la langue et comprendre l’apport de l’informatique dans les avancées du traitement des corpus textuels»
Le projet consiste à la réalisation d’un programme qui relève, compte et classe les occurrences d’un mot dans un texte. Une progression d’activités doit permettre d’aborder les notions de système d’exploitation, de gestionnaire de fichier, de codages des caractères d’un texte, d’algorithmique et programmation. Les outils utilisés peuvent être un éditeur de texte, un environnement de programmation.
Q
uestionnements possibles: En quoi l’informatique nous permet-elle de mieux comprendre la langue et les textes littéraires ?

[14] http://www.apses.org/eloge-des-sciences-economiques-et-sociales-par-thomas-piketty-et-stephane-beaud/

[15] http://www.atterres.org/

[16]   Catherine Chabrun, L’innovation, persona non grata de la Refondation (Blog Mediapart)

https://blogs.mediapart.fr/catherine-chabrun/blog/280416/l-innovation-persona-non-grata-de-la-refondation

« Pendant que les trois ministres de la Refondation se réjouiront, se satisferont des mesures qu’ils ont prises pour la Refondation, le Conseil national de l’innovation et de la réussite éducative – dit le CNIRÉ – se meurt dans la plus grande indifférence de la ministre de l’Education nationale et de son cabinet.

Le Conseil avait été installé le 19 avril 2013 en présence de Vincent Peillon et de George Pau-Langevin qui ne sera pas présente à l’ouverture de ces journées au côté des trois ministres, bien que ministre déléguée à la réussite éducative à l’époque. L’innovation et la réussite éducative ne sont vraiment plus à l’ordre du jour ! »

[17]   https://www.change.org/p/madame-la-ministre-de-l-education-nationale-de-l-enseignement-sup%C3%A9rieur-et-de-la-recherche-appel-pour-une-refondation-de-l-enseignement-des-humanit%C3%A9s

[18] Bernard Stiegler, Dans la disruption-Comment ne pas devenir fou ? (Les liens qui libèrent, 2016) https://www.leslibraires.fr/livre/8971355-dans-la-disruption-comment-ne-pas-devenir-fou–bernard-stiegler-editions-les-liens-qui-liberent

Pourquoi notre monde est-il en train de devenir fou ? Bernard Stiegler commet ici son livre fondamental sur les ressorts d’une société qui a vendu le souci d’humanisation au diable d’une technologie aveugle. Avec la connexion planétaire des ordinateurs, des smartphones et des foules que tout cela forme, les organisations sociales et les individus qui tentent de s’approprier l’évolution foudroyante de la technologie arrivent toujours trop tard – à tel point qu’elles sont à présent au bord de l’effondrement. C’est ce que l’on appelle la disruption. Cette immense puissance installe un immense sentiment d’impuissance qui rend fou.

[19] États généraux de l’Antiquité : quels enjeux pour demain ? tenus en Sorbonne, le samedi 28 février 2015 http://sophau.univ-fcomte.fr/les-etats-generaux-de-l-antiquite/

[20]http://sophau.univ-fcomte.fr/les-etats-generaux-de-l-antiquite/images/Charte_de_fondation_dun_groupement_dassociations_liees_a_lAntiquite.pdf


Annexe : Charte de fondation d’un groupement d’associations liées à l’Antiquité[1]

« Ce jour, le 13 juin 2015, en Sorbonne, amphi Bachelard, les représentants des 15 associations présentes − AEG, AFHE, ALLE, APHG, APFLA-CPL, APLAES, Athéna, CNARELA, Clionautes, Fortuna Juvat, Méditerranées, Société des agrégés, Société des Études Latines, Thalassa et SoPHAU − décident de créer un groupement d’associations liées à l’Antiquité et destinées à promouvoir et à valoriser la connaissance, les savoirs et la transmission des sciences de l’Antiquité, parce qu’à leurs yeux, elles sont au cœur des sociétés contemporaines ; elles sont aux origines des langues modernes et des catégories de pensées dans toutes les disciplines ; elles constituent un instrument de dialogue interculturel, de formation de la jeunesse à la citoyenneté et aux humanités, de compréhension des civilisations méditerranéennes, proche-orientales et européennes d’aujourd’hui ; elles représentent un héritage et une valeur fondamentale, commune et universelle qu’il convient d’interroger dans un rapport tout à la fois de distance et de proximité avec notre modernité.

Il a été décidé que le regroupement aurait pour but de :

1) faire circuler entre ses membres toutes les informations relatives à des manifestations, actions, prises de positions relatives aux sciences de l’Antiquité émanant de l’un des membres du groupement ;

2) appuyer, si nécessaire, ces manifestations, actions, prises de position particulières par des manifestations, actions, prises de position communes ;

3) diffuser ces informations, hors du cercle des membres respectifs du groupement, vers un large public, par les moyens variés jugés les plus opportuns.

Il a été décidé de proposer à d’autres associations de les rejoindre dans ce groupement ».

Charte approuvée par vote lors de la réunion plénière du 26 septembre 2015.

Depuis, le groupement est constitué de :

AEG – Association pour l’encouragement des Études Grecques

AFHE – Association Française d’Histoire Économique

ALLE – Association le Latin dans les Littératures Européennes

APFLA-CPL – Association des Professeurs de Français et Langues Anciennes en Classes

APHG – Association des Professeurs d’Histoire et Géographie

APLAES – Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur

ATC – Arrête Ton Char !

Association Athéna – La passion des voyages culturels

CNARELA – Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes

Les Clionautes – Réseau coopératif des professeurs d’histoire géographie

Association Fortuna Juvat – La Fortune sourit à ceux qui osent

Méditerranées

Société des Études Latines

SdAU – Société des Agrégés de l’Université

Thalassa – Association culturelle de tourisme

SoPHAU – Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université

 Et d’autres associations ont émis le désir de nous rejoindre.

[1]http://sophau.univ-fcomte.fr/les-etats-generaux-de-l-antiquite/images/Charte_de_fondation_dun_groupement_dassociations_liees_a_lAntiquite.pdf

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *