Archives de catégorie : Lectures

Dans la disruption (comment ne pas devenir fou ?) de Bernard Stiegler

                          Dans la disruption (comment ne pas devenir fou ?) de Bernard Stiegler (Les liens qui libèrent, 2016)[1]– Note de lecture de Martine Boudet
——————————————–

                Dans la longue liste des périls qui se profilent à l’horizon des sociétés mondialisées, le philosophe Bernard Stiegler étudie la guerre économique menée à partir des industries de la communication.  Le point de départ est « la convergence des technologies de la communication, de l’information et des télécommunications » (p 16), qui rend possible une conquête hégémonique du multimédia. Continuer la lecture

« Système éducatif »: note de lecture de l’Observatoire des politiques culturelles

Rédigé par une équipe pluri-disciplinaire, cet ouvrage, qui présente le grand intérêt d’aborder l’histoire de l’Education nationale et de présenter d’autres systèmes éducatifs européens, constate l’accroissement des inégalités à l’Ecole et à l’Université. Constitution, au sommet de la pyramide, d’une élite d’experts et progression de l’échec scolaire et des violences à la base résultent pour les auteurs de l’émergence d’une « économie de la connaissance » encore peu pondérée. Continuer la lecture

Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (note de lecture de Christian Delarue)

Martine Boudet, membre des Cahiers pédagogiques et de l’AFEF, a co-dirigé avec Florence Saint-Luc, du mouvement Freinet, un important ouvrage collectif sur les enjeux de la recherche et de l’enseignement.

Continuer la lecture

Recension du « Système éducatif » (Pascale Gruson, EHESS- Revue Projet)

Depuis l’allongement de la scolarité obligatoire, effective au tout début des années soixante, la crise du système d’enseignement est un thème récurrent. Il connaît d’infinies variations, toute réforme touchant un élément de celui-ci (administration, programmes) paraissant affecter l’ensemble alors emporté dans un jugement global négatif, la baisse du niveau et diverses calamités associées. Continuer la lecture

La « société de la connaissance » et son système éducatif (Gérard Tautil)

              C‘est un ouvrage de recherche et de réflexion sur l’état des formes d’enseignement et de la connaissance confrontées à une société marchande en crise. Une société qui, à ce niveau, se vit sur le mode des « violences juvéniles et de la démoralisation des communautés éducatives et universitaires » ; une société qui subit la pression des médias dans la formation même des savoirs, un centralisme et un technocratisme utilitariste qui interfèrent dans leur transmission et une approche individualiste de la citoyenneté. Mais ce travail est également, comme le souligne Ph. Meirieu dans son avant-propos, une ouverture aux différents apports de la pédagogie moderne comme à ceux d’autres systèmes européens. Continuer la lecture

Des humanités à revivifier pour la refondation de l’Ecole (Evelyne Clavier)

A l’heure de la difficile mise en œuvre de la loi de Refondation de l’Ecole, l’ouvrage pluridisciplinaire coordonné par Martine Boudet et Florence Saint-Luc apporte un éclairage d’envergure sur la crise du système éducatif français, replacé à la fois dans son contexte républicain et dans celui de la mondialisation des connaissances. Continuer la lecture

Programme de recherche-formation-enseignement pour une authentique refondation (Véronique Francis)

Recension du Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2014)

Cet ouvrage, coordonné par Martine Boudet et Florence Saint-Luc, avec une préface de Philippe Meirieu, se situe au carrefour de plusieurs champs scientifiques: l’anthropologie culturelle, les sciences de l’éducation (psychologie institutionnelle, didactiques disciplinaires, psycho-pédagogie)… Inspiré également par des associations enseignantes et d’éducation populaire (mouvement Freinet, Cahiers pédagogiques…), il est à l’actif d’une équipe pluri-disciplinaire et pluri-catégorielle. Continuer la lecture

Présentation du « Système éducatif » à l’université de Toulouse Jean Jaurés

Rencontre avec Martine Boudet, co-coordinatrice de l’ouvrage.

Couv-QUE07.jpg

Venez nombreux le mardi 31 mars 2015 de 17h à 18h à la librairie Études pour une rencontre avec Martine BOUDET professeure agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature française, autour de l’ouvrage collectif  Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance paru dans la collection « Questions d’éducation » (Presses universitaires du Midi).
La rencontre sera animée par Jacques FIJALKOW, professeur émérite en sciences de l’éducation (Université Toulouse – Jean-Jaurès) et directeur de la collection « Questions d’éducation » et de la revue Les Dossiers des sciences de l’éducation aux PUM.

http://www.univ-tlse2.fr/accueil/recherche/publications/presentation-de-l-ouvrage-le-systeme-educatif-a-l-heure-de-la-societe-de-la-connaissance-le-31-mars-2015-357671.kjsp?RH=04Recherche
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/+Presentation-de-l-ouvrage-Le,104+.html

 

Economie de la connaissance et nouvel humanisme (Philippe Meirieu, préface du « Système éducatif »)

Economie de la connaissance et nouvel humanisme

Si l’accès à l’enseignement secondaire a été amplement développé au cours de la seconde moitié du XXème siècle, il reste beaucoup à faire pour sa véritable démocratisation, afin que l’Ecole contribue à élever le niveau de chacune des personnes et celui de la cohésion de nos sociétés. La fracture scolaire reste, en effet, particulièrement préoccupante ; les inégalités se développent et, au moment où la complexité de notre monde appelle un surcroît d’accès à l’abstraction et à la culture, un surcroît de citoyenneté et d’implication dans des collectifs solidaires, nos institutions scolaires sont en proie à des formes ouvertes ou larvées de délitement.
Continuer la lecture

La place des langues-cultures dans « Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance » (Franc Bardou)

L’avenir du système éducatif concerne tout un chacun, qu’il soit parent, élève, étudiant, enseignant, éducateur. A ce titre, la réflexion menée dans cet essai interpelle, d’autant plus en cette période de crise et de transition, où la communauté s’interroge sur le sens et l’orientation de ses pratiques sociétales. Continuer la lecture

Relier les connaissances -Le défi du XXIe siécle- Edgar Morin Editions du Seuil (1999)

Ce livre rassemble les travaux des «journées thématiques» organisées en mars 1998 sous l’égide du ministre de l’Éducation, Claude Allègre.Il s’agissait de montrer qu’il était possible de répondre aux deux grands défis que la connaissance devra affronter de plus en plus au cours du troisième millénaire.
— Le défi de la globalité, que pose l’inadéquation aggravée entre un savoir fragmenté et compartimenté entre les différentes disciplines d’une part, et des réalités multidimensionnelles, globales, transnationales d’autre part.
— Le défi de l’accroissement ininterrompu des savoirs qui rend sans cesse plus difficile l’organisation des connaissances autour des problèmes essentiels.
Par ces journées thématiques, on voulait tenter d’intégrer les disciplines dans des cadres de pensée qui correspondent aux grands problèmes que se pose l’esprit : le monde, la terre, la vie, l’humanité; de donner une égale importance à la culture des humanités et à la culture scientifique en les faisant communiquer; de régénérer les vertus cognitives et existentielles de la littérature, de la poésie, des arts.

Venus de toutes disciplines et associant leurs compétences, les participants ont apporté la preuve qu’on pouvait ressusciter une culture et l’enseigner.Extrait

<<Quels savoirs enseigner dans les lycées? Comment, surtout, établir des liens entre les différentes connaissances ? Je vais essayer de répondre à ces questions en pensant aux élèves et à leurs professeurs tout autant qu’à ceux et celles chargés de concevoir les enseignements du secondaire. Je m’intéresserai en particulier à la relation entre l’approche analytique des savoirs et leur approche systémique.Traditionnellement, les recherches portent sur les causes premières par le biais de la méthode analytique : le microscope et le télescope sont des outils qui permettent de disséquer la complexité pour la réduire à des éléments simples… Mais on a découvert au cours des dernières années, après avoir mieux évalué les relations des disciplines entre elles, qu’une démarche dite « systémique » permet d’organiser les connaissances d’une manière différente et de comprendre non plus seulement par l’analyse, mais aussi par la synthèse. L’ordinateur peut nous y aider. Il ne s’agit plus uniquement du microscope et du télescope, mais du macroscope. Celui-ci permet de rendre compte de la dynamique, des évolutions, en s’aidant de simulations. Grâce aux ordinateurs, nous sommes en possession, aujourd’hui, de moyens pour mieux comprendre la complexité et mieux agir sur elle. La démarche analytique a conduit à un éparpillement des connaissances, à un émiettement des savoirs. Il nous faut les reconstruire afin de mieux les enseigner.L’approche analytique et l’approche systémique sont complémentaires. L’une se focalise sur les éléments, tandis que l’autre s’intéresse surtout aux interactions entre ceux-ci. L’approche analytique considère la nature des interactions, tandis que l’approche systémique prend également en compte leurs effets. La précision des détails prime dans la démarche analytique, la perception globale dans la vision systémique. La première est indépendante de la durée, tandis que la seconde l’intègre.>>p.397 Joël de Rosnay

L’avenir des humanités -Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ? – Yves Citton (La Découverte-2010)

En parlant de « communication », de « société de l’information » ou d’« économie de la connaissance », on laisse souvent penser que le savoir se réduit à une masse de données segmentées, isolées, brevetables et commercialisables comme n’importe quelle marchandise.
Devant cette vision appauvrie et sclérosée, Yves Citton renverse la perspective et révise notre imaginaire du savoir. Il montre que les Humanités, souvent considérées comme poussiéreuses voire inutiles, cultivent une compétence incontournable, celle de l’interprétation. Très loin de la simple « lecture » automatisée d’informations computables, revêche à toute réduction économiste, l’interprétation est une activité qui demande à être cultivée par un soin très particulier. La dynamique propre à ce geste diffus dans toutes nos pratiques est faite de tâtonnements, d’errances et d’erreurs, de suspens, de sauts, de bifurcations, de rencontres – où l’intuition (esthétique) joue un rôle aussi important que la systématicité (scientifique).
Devant l’emballement de la course au profit, l’exacerbation des inégalités sociales et le mur écologique qui nous font face, affirme Yves Citton, une reconsidération des Humanités est indispensable pour quiconque se préoccupe de l’avenir de l’humanité.

Introduction.Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ?
Qu’entend-on dire de « l’économie de la connaissance » ?
Quelles voies critiques ont déjà été frayées ?
L’intellectualité diffuse et l’avenir des Humanités
1. Comment penser et présenter nos savoirs ?
Toute connaissance est une interprétation
Volatilisation, aspirations et marges d’interprétation
Régimes de discours et degrés d’adhésion
La connaissance comme court-circuit de l’interprétation
2. Comment dansons-nous la valse de l’interprétation ?
Lecture vs. interprétation
Recognition vs. Interprétation
« Un cerveau, c’est du vide »
Les trois temps de l’interprétation
3. Comment contracter le futur ?
Le temps du pressentiment
L’art de la précipitation
Fragilité de l’interprétation et force du collectif
La vaticination constituante
4. Quelles conditions réunir pour interpréter ?
L’aménagement de vacuoles protectrices
L’impératif d’inaction
L’importance comme questionnement et sentiment
La protection d’une énonciation indirecte
Libre circulation et libre accès au bien commun
Le filtre paradoxal
5. Comment former des interprêtes ?
De la captation privative à l’inter-prêt participatif
Du capital humain à la singularité collective
La décapitation des icebergs
Les sous-cultures comme émergences de formes de vie
L’enseignement de l’interprétation inventrice
Humanités appliquées, critiques, postcritiques
6. Comment humaniser l’avenir ?
« La vie et la vraie vertu de l’esprit »
Chacun est un artiste
Interprétation, humanisation et faitichisme
Conclusion. Politiques de l’interprétation, politiques des Humanités
L’hypothèse du capitalisme cognitif
Le capitalisme est-il soluble dans l’interprétation ?
Cheveux, décodages et déluges
Cultures de l’interprétation, cultures de gauche
Cultiver l’avenir des Humanités
Remerciements
Indications bibliographiques
Index des noms
Index des notions

Editions La Découverte- 2010