Archives par étiquette : Société de la connaissance-Interculturel- Rééquilibrage des humanités

SNES: recension du « Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance » (2017)

Une de nos collègues, Martine Boudet, a participé à la rédaction de cet ouvrage qui dressait le tableau du système scolaire français, alors que la loi Peillon venait d’entrer en application. Depuis, le gouvernement a changé et la politique éducative qu’il promeut va dans un tout autre sens. Relire cet ouvrage aujourd’hui ravive des souvenirs et relance des débats sur le statut des disciplines, la formation des enseignants, l’enseignement de la langue et de la littérature…

Cet ouvrage, coordonné par Martine Boudet et Florence Saint-Luc, dresse un tableau critique de la situation actuelle de l’école. L’ouvrage appréhende le système éducatif sous l’angle de l’économie mondialisée de la connaissance et dans son contexte républicain. Les raisons de « la crise du système d’éducation » sont listées et analysées. L’ouvrage se termine par des pistes de « refondation de l’école ». Même si le SNES ne partage pas toutes les analyses et propositions, plusieurs éléments, qui apportent un éclairage nouveau, sont à retenir.

La questions des inégalités à l’Ecole et à l’Université est mise en lien avec l’idéologie libérale de « l’économie de la connaissance ». La progression de l’échec scolaire et des violences à l’école est dénoncée comme une des causes principales de la dégradation des conditions d’enseignement. Le néo-management qui s’est imposé, surtout dans le secondaire, depuis plusieurs années est dénoncé : il exerce une pression délétère sur les personnels et n’améliore en rien les « performances » du système éducatif. Dans ce contexte, la loi de refondation de l’Ecole (2013) est présentée comme un espoir à concrétiser, notamment en raison de la création des Espé. On sait hélas ce qu’il en est advenu… La question de la formation des enseignants est d’ailleurs assez longuement abordée dans l’ouvrage.

  En complément d’autres chapitres sur les disciplines d’enseignement (sur les mathématiques, l’histoire, les statistiques…), une part importante du livre est consacrée à l’enseignement du français dans le secondaire, dans ses différentes dimensions (langue, littérature, culture…). Un éclairage intéressant est mis sur la francophonie et les littératures francophones (mais aussi régionales et européennes) qui pourraient ouvrir sur un champ plus large des cultures du monde. Au-delà, l’objectif est de réhabiliter la part des sciences humaines et sociales (socio-anthropologie…) dans les enseignements. Dans un contexte inquiétant de dérives nationalistes, xénophobes et intégristes dénoncé par les auteures, il s’agit de reconnaitre la multiculturalité de la société française.

Cet ouvrage donne une image assez sombre de notre système scolaire (primaire et secondaire) mais ose des propositions pour le démocratiser, ce qui est utile dans un contexte de retour à la sélection et à l’élitisme, fût-il « républicain » !

SNES- groupe Lettres ( 7 novembre 2017)

(1) Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (PUM-2014) 
Martine Boudet (Lettres modernes-anthropologie culturelle)–Emmanuel Brassat (philosophie)- Laurence de Cock (histoire-géographie)-Philippe Meirieu (sciences de l’éducation)- Jean-Claude Régnier (mathématiques-statistiques)- Florence Saint-Luc (sciences de l’éducation)
 http://pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

Source:
https://www.snes.edu/Note-de-lecture-Le-Systeme-educatif-a-l-heure-de-la-societe-de-la-connaissance.html

http://pum.univ-tlse2.fr/IMG/pdf/QUE_07_-_SNE_de_Second_degre_-_7_NOV_2017.pdf

 

 

 

Education nationale-Formation des enseignants : quelles remédiations socio-culturelles aux dominations?

            La crise du système éducatif s’inscrit dans un contexte plus large de crise (géo)-politique –celle du système démocratique- et au-delà civilisationnelle –celle du monde occidental régi sur un mode néolibéral. Continuer la lecture

Dans la disruption (comment ne pas devenir fou ?) de Bernard Stiegler

                          Dans la disruption (comment ne pas devenir fou ?) de Bernard Stiegler (Les liens qui libèrent, 2016)[1]– Note de lecture de Martine Boudet
——————————————–

                Dans la longue liste des périls qui se profilent à l’horizon des sociétés mondialisées, le philosophe Bernard Stiegler étudie la guerre économique menée à partir des industries de la communication.  Le point de départ est « la convergence des technologies de la communication, de l’information et des télécommunications » (p 16), qui rend possible une conquête hégémonique du multimédia. Continuer la lecture

« Système éducatif »: note de lecture de l’Observatoire des politiques culturelles

Rédigé par une équipe pluri-disciplinaire, cet ouvrage, qui présente le grand intérêt d’aborder l’histoire de l’Education nationale et de présenter d’autres systèmes éducatifs européens, constate l’accroissement des inégalités à l’Ecole et à l’Université. Constitution, au sommet de la pyramide, d’une élite d’experts et progression de l’échec scolaire et des violences à la base résultent pour les auteurs de l’émergence d’une « économie de la connaissance » encore peu pondérée. Continuer la lecture

Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (note de lecture de Christian Delarue)

Martine Boudet, membre des Cahiers pédagogiques et de l’AFEF, a co-dirigé avec Florence Saint-Luc, du mouvement Freinet, un important ouvrage collectif sur les enjeux de la recherche et de l’enseignement.

Continuer la lecture