Relier les connaissances -Le défi du XXIe siécle- Edgar Morin Editions du Seuil (1999)

Ce livre rassemble les travaux des «journées thématiques» organisées en mars 1998 sous l’égide du ministre de l’Éducation, Claude Allègre.Il s’agissait de montrer qu’il était possible de répondre aux deux grands défis que la connaissance devra affronter de plus en plus au cours du troisième millénaire.
— Le défi de la globalité, que pose l’inadéquation aggravée entre un savoir fragmenté et compartimenté entre les différentes disciplines d’une part, et des réalités multidimensionnelles, globales, transnationales d’autre part.
— Le défi de l’accroissement ininterrompu des savoirs qui rend sans cesse plus difficile l’organisation des connaissances autour des problèmes essentiels.
Par ces journées thématiques, on voulait tenter d’intégrer les disciplines dans des cadres de pensée qui correspondent aux grands problèmes que se pose l’esprit : le monde, la terre, la vie, l’humanité; de donner une égale importance à la culture des humanités et à la culture scientifique en les faisant communiquer; de régénérer les vertus cognitives et existentielles de la littérature, de la poésie, des arts.

Venus de toutes disciplines et associant leurs compétences, les participants ont apporté la preuve qu’on pouvait ressusciter une culture et l’enseigner.Extrait

<<Quels savoirs enseigner dans les lycées? Comment, surtout, établir des liens entre les différentes connaissances ? Je vais essayer de répondre à ces questions en pensant aux élèves et à leurs professeurs tout autant qu’à ceux et celles chargés de concevoir les enseignements du secondaire. Je m’intéresserai en particulier à la relation entre l’approche analytique des savoirs et leur approche systémique.Traditionnellement, les recherches portent sur les causes premières par le biais de la méthode analytique : le microscope et le télescope sont des outils qui permettent de disséquer la complexité pour la réduire à des éléments simples… Mais on a découvert au cours des dernières années, après avoir mieux évalué les relations des disciplines entre elles, qu’une démarche dite « systémique » permet d’organiser les connaissances d’une manière différente et de comprendre non plus seulement par l’analyse, mais aussi par la synthèse. L’ordinateur peut nous y aider. Il ne s’agit plus uniquement du microscope et du télescope, mais du macroscope. Celui-ci permet de rendre compte de la dynamique, des évolutions, en s’aidant de simulations. Grâce aux ordinateurs, nous sommes en possession, aujourd’hui, de moyens pour mieux comprendre la complexité et mieux agir sur elle. La démarche analytique a conduit à un éparpillement des connaissances, à un émiettement des savoirs. Il nous faut les reconstruire afin de mieux les enseigner.L’approche analytique et l’approche systémique sont complémentaires. L’une se focalise sur les éléments, tandis que l’autre s’intéresse surtout aux interactions entre ceux-ci. L’approche analytique considère la nature des interactions, tandis que l’approche systémique prend également en compte leurs effets. La précision des détails prime dans la démarche analytique, la perception globale dans la vision systémique. La première est indépendante de la durée, tandis que la seconde l’intègre.>>p.397 Joël de Rosnay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.