La place des langues-cultures dans “Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance” (Franc Bardou)

L’avenir du système éducatif concerne tout un chacun, qu’il soit parent, élève, étudiant, enseignant, éducateur. A ce titre, la réflexion menée dans cet essai interpelle, d’autant plus en cette période de crise et de transition, où la communauté s’interroge sur le sens et l’orientation de ses pratiques sociétales.

La part du féminin ou le culte de la Mercé

Il n’est pas anodin que cette réflexion soit animée par deux formatrices, Martine Boudet et Florence Saint-Luc, exerçant respectivement à Toulouse et à Montpellier. L’écrivain occitan que je suis est sensible à cette part alternative que porte le féminin, à travers les valeurs d’empathie, de médiation et de reliance sociale et humaine. Au temps le plus fort de notre littérature occitane, on appelait cette qualité la Mercé, fondatrice de civilisation, ciment du vivre ensemble. C’était au temps où les meilleurs d’entre nous, les troubadours, clamaient haut et fort que “la femme civilise l’homme”, comme le rappela si bien René Nelli. Les sciences de l’éducation y gagnent une dimension de paradge et de collégialité, qu’il faut nécessairement cultiver pour pallier le “technocratisme compétentiel”, issu d’une gouvernance à dominante encore trop nettement patriarcale ou simplement masculine.
Sous cette direction, l’équipe pluri-catégorielle et pluri-disciplinaire du livre a enterré la hache de guerre, celle qui prévaut depuis trop longtemps entre éducateurs et disciplinaires. Tant il est vrai que, pour une authentique refondation, l’institution éducative nécessite des dynamiques de groupes d’envergure, qui travaillent moins les oppositions corporatives que les complémentarités, dans un ensemble forcément complexe et multidimensionnel.
Il serait intéressant que les sciences humaines et sociales reprennent davantage à leur compte le concept de “culture de genre”, qui pourrait être défini comme le produit de données à la fois innées (naturelles) et acquises par l’éducation (d’ordre culturel). Un chapitre du livre porte sur le “dialogue des cultures de genre” à l’Ecole, comme composante souhaitable de la morale laïque et citoyenne, dont l’enseignement est mis en œuvre à la rentrée 2015.

Société de la connaissance (les pôles régionaux de compétitivité)

La deuxième partie du titre de l’essai interpelle aussi le lecteur. “Société de la connaissance”: vaste programme pour une humanité dont le développement intellectuel fait fi, bon an mal an, des épreuves et obstacles sur son chemin. Dans cette épopée ambivalente dont l’ouvrage retrace le parcours, est à noter l’étude critique des pôles régionaux de compétitivité, qui n’a pas d’équivalent à ma connaissance. Dans un contexte néo-libéral qui fait prévaloir les critères de rentabilité et de compétitivité, le risque est grand d’une déculturation de type technoscientiste, même hautement labellisée à l’international. Certains pôles toulousains par exemple (l’Aerospace campus…) participent de la construction de mégapoles sur le modèle parisien, qui jouxtent des déserts ruraux toujours plus abyssaux. Pour remédier à ces déséquilibres criards, il est préconisé de démocratiser l’exercice de ces pôles, et de réintégrer dans le dispositif patrimoines régionaux et artisanats d’art. La reconquête culturelle passe en effet par un meilleur contrôle des orientations et objectifs de la recherche-développement, sur nos territoires.

L’enseignement des langues-cultures dites régionales

Martine Boudet, qui signe également les chapitres relatifs à cette problématique, a publié précédemment Les hymnes et chants identitaires du grand SudEssai sur l’emblématique inter-régionale (IDECO, 2009) -1-. La perspective panoramique adoptée à l’égard des cultures méridionales, et plus précisément de leur emblématique, se retrouve dans l’étude faite de l’enseignement des langues régionales. Le chapitre 9 sur « les axes programmatiques » prend acte des mobilisations des acteurs culturels et des conquêtes enregistrées par la loi sur la Refondation (2013). Les documents officiels relatifs à la place renforcée de ces enseignements sont publiés en annexe.
A noter aussi l’analyse du contexte cognitif de la recherche-enseignement de l’occitan et des langues régionales. Appartiennent à ce champ disciplinaire les sciences humaines et sociales (objet du chapitre 5), qui doivent être réhabilitées dans l’objectif d’un développement durable et authentiquement humaniste. L’anthropologie culturelle et la sémiologie de la communication médiatisée font partie de ces nouvelles humanités, que les régionalistes gagneraient à promouvoir en théorie et en pratique : en dépend une plus grande visibilité et lisibilité des oeuvres d’origine régionale. Le français et les Lettres (chapitre 12) gagneront quant à eux leur sortie de crise en s’émancipant du carcan d’une « identité nationale » étroitement patrimonialiste et ethnocentrée. La morale laïque et citoyenne (dans le chapitre 15) doit éviter de son côté l’écueil d’une laïcité fermée, rationaliste et trop abstraitement universaliste…Le récapitulatif des préconisations programmatiques est fait dans le dernier chapitre.

Les problématiques de la diversité et de l’interculturel (approche généraliste et méthodologique)

D’une manière générale, le livre attire l’attention par son approche méthodologique, concernant les problématiques de la diversité et de l’interculturel. Aux enjeux (inter)régionaux qui sont ceux des régions historiques et des Dom-Tom, s’ajoutent ceux relatifs à l’intégration des publics issus de l’immigration non européenne dans ces territoires-mondes que sont devenues les banlieues populaires. Relatifs aussi à une francophonie de progrès, dans un deuxième cercle d’appartenance, à caractère international : il y a là un levier de solidarité agissante avec les peuples du Sud dominés par notre Etat-nation et de sortie par le haut du néo-colonialisme, grâce aux forces créatrices, notamment artistiques, sources de développement.
Concernant les cultures d’origine (ethnique et/ou à base linguistique, religieuse…), comme pour les questions de genre citées précédemment, il est proposé de faire avancer le débat, avec la notion de « fondamentaux civilisationnels”. Un exemple : l’hospitalité en terre arabo-berbéro-musulmane fait partie de ces fondamentaux à caractère universalisable, tout comme la liberté d’expression que revendiquent responsables et médias franco-occidentaux. Le conflit avec le djihadisme, qui prend une ampleur inquiétante, incite à se mobiliser théoriquement et pratiquement.

L’actualité de cet essai ne fait donc pas de doute. Confrontés que nous sommes à la montée des périls, relatifs à la fois au capitalisme cognitif et au choc mondialisé des civilisations, véhiculé qu’il est par le monde des médias, aux risques en interne de la décomposition des liens académiques et de la vie scolaire sous l’effet de ces violences symboliques, il nous reste à adapter et à renforcer stratégiquement discours et actions. La recomposition des collaborations et la construction d’intellectuels collectifs à la hauteur de ces enjeux mondialisés-médiatisés est une condition nécessaire à la démocratisation des structures et à la diversification des contenus programmatiques et des démarches d’apprentissage. Ce faisant, le système éducatif peut contribuer à la résorption de la crise systémique, à l’actualisation et à la transmission des valeurs républicaines qui font le socle de la vie sociale, dans les cadres d’exercice régional, européen, francophone et au-delà mondialisé.

Franc Bardou
Docteur en littérature occitane,
Rédacteur en chef de la Revue Gai Saber
Poète bilingue occitan-français et écrivain occitan.
 
—————-
Martine Boudet-Florence Saint-Luc (direction), Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (PUM-2014)
Autres auteurs : Emmanuel Brassat -Laurence de Cock -Philippe Meirieu-Jean-Claude Régnier
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html
Présentation et table des matières
http://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/148/files/2014/11/Flyer_Systeme-educatif_oct2014.pdf
Préface de Philippe Meirieu http://www.meirieu.com/PREFACES/societe_connaissance.htm
 
(1) Martine Boudet,  Les hymnes et chants identitaires du grand Sud  (IDECO, 2009) http://ideco-dif.com/ieo_edicions/textes_et_documents/les_hymnes_et_chants_identitaires_du_grand_sud/index.html
http://www.laportadoc.eu/_documents/hymnes_grand_sud.pdf
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.