Archives de catégorie : Politique de recherche-formation

SOS Enseignement du français et des Lettres

                SOS Recherche-Formation-Enseignement du français et des Lettres (projet de manifeste) mai 2019

      Philippe Blanchet professeur de sociolinguistique, Pôle de Recherches Francophonies, Interculturel, Communication, Sociolinguistique (PREFICS), Université Rennes 2.
       Martine Boudet chercheure au Laboratoire de linguistique inter-langues, axe “Politiques linguistiques et interculturalité” (Université de Paris Diderot)- Professeure agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature française (académie de Toulouse)
     Razeka Bouhassane détachée Mission de lutte contre le décrochage scolaire/MLDS, académie de Créteil

                                         Un contexte socio-culturel en  crise

         Les nouveaux textes officiels régissant l’enseignement en lycée et les  exercices du Baccalauréat imposent un credo minoritaire dans la profession[1]. Comme écrit par de nombreux analystes, le retour de l’explication de texte, éventuellement linéaire, assortie de la promotion à l’écrit de la dissertation littéraire, signe une forme de réaction aux évolutions disciplinaires en cours. Que celles-ci soient plutôt didactique, comme à l’époque de la lecture méthodique (et de la valorisation du commentaire composé à l’écrit) qui mettait en exergue des fondamentaux de linguistique et de sémiotique, ou plutôt pédagogique avec la promotion de la lecture analytique comme exercice d’interprétation subjective des textes littéraires (avec en contrepoint l’exercice d’écriture d’invention). 

       Est-il possible de revenir au temps d’une Ecole élitaire qui privilégiait une culture patrimoniale, à partir de repères assez exclusifs de l’histoire littéraire séquentielle et sur le mode de l’assimilation ?

      Cette actualité disciplinaire s’inscrit dans la réforme en cours du lycée qui a mis à bas les filières d’enseignement, au motif d’une individualisation des parcours. C’est sans compter avec la cohérence construite au fil des décennies de corpus de savoirs et de cultures disciplinaires.  Qu’en sera t’il à l’avenir des études de Lettres en 1re et Terminale, sachant que leur spécificité était déjà en grande partie gommée ? Il eût mieux valu conforter la filière littéraire, en lui adjoignant des enseignements en sciences humaines et sociales entre autres, ce qui lui aurait permis de se rééquilibrer au regard des autres filières générales. 

         En aval, mis en cause par « l’économie de la connaissance » version néolibérale avec ses objectifs de compétitivité et de rentabilité immédiate[2], l’avenir des départements universitaires  de Lettres anciennes et modernes, de SHS[3], tout comme de langues minoritaires, de disciplines rares[4]… est un sujet également préoccupant. La crise des études littéraires nationales fait l’objet d’interrogations récurrentes de la part de spécialistes[5]. Cette tendance lourde sera-t-elle infléchie ou bien le système valorisera-t-il plutôt l’enseignement de pôles dominants, avec en arrière-plan une technoscience arrimée à des objectifs mercantiles de croissance? Au regard du développement exponentiel de la cyberculture et des réseaux sociaux ainsi que de l’économie de l’intelligence artificielle, le risque est grand de voir imposée à la jeune génération une culture de surface, fondée sur une violence sociétale toujours accrue. Témoigne de cette régression en marche la crise des démocraties dont la société française est l’une des premières impactées en Europe.

                      Quelles stratégies de résistance et de revivification de la discipline?

       Confronté-e-s que nous sommes tou-te-s à la prégnance de cette réalité socio-institutionnelle, le mieux serait d’unir nos forces –interdisciplinaires, didactiques, pédagogiques, institutionnelles- pour faire valoir les acquis de nos différentes démarches, ainsi que les possibles qui émergent du terrain socio-professionnel et d’autres courants disciplinaires. Le tableau ci-après récapitule les orientations tendancielles –en termes d’histoire littéraire, de lecture structurale issue de la grammaire du discours et du récit, de lecture subjective héritière de la critique de la réception, de lecture inclusive produit du comparatisme littéraire et de l’anthropologie (inter)culturelle… – qui prévalent selon les époques et qui peuvent se conjuguer, cela grâce à une meilleure articulation des objectifs des Lettres anciennes et modernes, du FLM et du FLE-FLS. Par delà les divisions et tensions idéologiques qui résultent en grande partie des difficultés de la recherche-enseignement dans notre secteur, en comparaison par exemple de l’expansion des mathématiques, cette autre matière dite fondamentale, sous l’égide des IREM notamment[6] et représenté par exemple par Cédric Villani. 

          L’urgence d’une résistance aux menaces de déconstruction voire de rupture de transmission épistémologique et cognitive, incite à rééquilibrer les termes du triangle didactique –savoirs/publics/personnels- et à rechercher, ce faisant,  les meilleurs « atouts » des différents courants ainsi que leur complémentarité à la fois diachronique et synchronique, de manière à revitaliser la mémoire et la conscience disciplinaires dans sa globalité et à offrir un « discours de la méthode » intégrateur. Un discours de la méthode qui appréhende le français comme langue-culture, dans laquelle le littéraire joue un rôle privilégié de médiation et de ferment de créativité collective et individuelle.

           Une démarche dynamique de cet ordre ne peut être envisagé sans inclusion véritable des horizons francophones, qu’ils soient ceux des Outre-mer de nationalité française, des pays européens et occidentaux ou des pays anciennement colonisés, africains et asiatiques.[7]  Quoique passé inaperçu du grand public, le courant de la «littérature-monde en français », représenté par une quarantaine d’écrivains dans un manifeste[8], suivi d’un essai collectif en 2007[9], est prometteur et doit être promu :

         « Le temps nous paraît venu d’une renaissance, d’un dialogue dans un vaste ensemble polyphonique, sans souci d’on ne sait quel combat pour ou contre la prééminence de telle ou telle langue ou d’un quelconque “impérialisme culturel”. Le centre relégué au milieu d’autres centres, c’est à la formation d’une constellation que nous assistons, où la langue libérée de son pacte exclusif avec la nation, libre désormais de tout pouvoir autre que ceux de la poésie et de l’imaginaire, n’aura pour frontières que celles de l’esprit.[10]

                    Modes d’organisation et  problématiques à mettre  en débat

         Dans ces perspectives, seraient bienvenus les dispositifs contribuant au débat le plus large pour un brainstorming efficace: mise en place d’un réseau (inter)national de correspondant-e-s, de rencontres entre spécialistes et membres d’associations de français, de Lettres, de SHS/humanités, d’une structure pérenne de mutualisation de savoirs dans une perspective de recherche-formation, par exemple sur le modèle des IREM (Instituts de recherche sur l’enseignement des mathématiques)[11] ….

        Ces problématiques, entre autres, présentent un intérêt stratégique pour l’avenir de nos disciplines :

Quelle place pour le français et les Lettres dans l’économie dite « de la connaissance » et de l’intelligence artificielle? Comment pallier à la marginalisation croissante des sciences sociales, des humanités et de la filière littéraire ? Quelles relations entretenir avec les disciplines du même champ et des autres?

-Quelle place du français et des Lettres dans la mondialisation, dans la société des médias et au service de quelle identité nationale (fermée ou ouverte)? Entre autres, quelles relations cultiver entre FLM et FLE-FLS, entre littératures française, francophone et du monde… ?

– Enseignement du français, des Lettres et cultures de genre : quelles corrélations, sachant que ces corporations sont majoritairement féminisées? Est-ce une faiblesse ou un atout ? …etc

Comment optimiser la pluralité des spécialités académiques –linguistique, sémiotique, FLE-FLS, littérature comparée, anthropologie culturelle, stylistique…- et construire une didactique adaptée aux différents publics et aux enseignements de spécialité littéraire?

                      Panorama tendanciel des paradigmes disciplinaires (Français-Lettres)

Paradigmes

Critères

Ecole élitaire

Ecole démocratisée/massifiée

Ecole des compétences

Ecole mondialisée/métissée

I-Cadre général/ scolaro-social

 

 

 

 

Contexte géo-socio-culturel

Humanités prévalantes (avant mai 68)

Société industrielle (sciences, techniques et économie)

Société post-industrielle (médias/TICE)

« Economie de la connaissance » mondialisée/Intelligence artificielle

Courants d’idées

Universalisme humaniste

Structuralisme-Socialisme égalitaire

Ecologisme- Constructivisme-Critique de la réception

Diversité culturelle-Intersectionnalité (de genre, d’origine ethnique et sociale…)

Objectifs/axes de recherche-enseignement

Elitisme socio-culturel

Egalité socio-scolaire

Autonomie/liberté individuelle

Inclusion des minorités et périphéries (quartiers populaires, Outre-mers, pays francophones)

Cadre institutionnel (formation des enseignant-e-s)

 

Ecoles normales-Centres pédagogiques régionaux/CPR- IPES

IUFM-MAFPEN

ESPE/Université

Instituts de la Francophonie?

Noosphère-Monde enseignant

Monde patriarcal

Monde paritaire

Féminisation corporative

Inclusion de personnels périphériques

Publics scolaires/relation pédagogique

Ecoute/Cours magistral

Participation/Cours dialogué

Implication/Négociation-collaboration (communauté interprétative)

Interactions culturelles/intersubjectivation (individuelle et collective)

I-                    Cadre disciplinaire

 

 

 

 

Sciences /disciplines de spécialité (auteurs de référence)

Lettres anciennes –grec, latin)-Histoire littéraire (Lanson, Lagarde et Michard…)

Linguistique-Sémiotique-Didactique (revue Pratiques-Maingueneau, Charaudeau…)

Neurosciences-Psychopédagogie-Histoire des arts (Eco-Picard-Jouve-Citton…)

FLE-FLS- Anthropologie culturelle-Ethnocritique-Littérature comparée (Porchet, Calvet, Abdallah Pretceille, Calame, Privat…)

Objets de référence

Humanités philosophiques et littéraires

Textualité- Métalangage

Métatextualité

Contextualité géo-culturelle/Interférences linguistiques et culturelles

Littératures et genres de prédilection

Belles-Lettres patrimoniales-Genres « nobles » : épopée, poésie…

Textes littéraires et non littéraires- Roman

Littératures juvénile et féminine. Roman-BD….

Littératures régionale, francophone et du monde

Moteurs de recherche-enseignement/Motivations

Culture par imitation/assimilation

Distanciation critique/Observer-comprendre

Empathie-Expertise/Expressivité-Interpréter

Inter-culturation-Altériser.

Exercices privilégiés (oral-écrit)

Explication de texte/Dissertation

Lecture méthodique/commentaire composé

Lecture analytique/Ecriture d’invention

Lecture inclusive/ Etude comparative de textes

Incomplétudes et/ou dérives

Essentialisme-Elitisme rigide

Technicisme-Formalisme

Impressionnisme/Maternalisme

Communautarisme ?

 

[1]https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=140520

[2]   Entre autres dispositifs, citons les pôles régionaux de compétitivité (créés en 2004) qui privilégient les collaborations avec les laboratoires de recherche en sciences et techniques. La loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite loi LRU, communément appelée loi d’autonomie des universités (2007) défavorise les universités et départements qui ont de moindres débouchés en matière de partenariat économique, et donc de rentabilisation budgétaire. Dans le cadre du plan Campus (2008), les Initiatives d’excellence (IDEX) ont pour objectif de créer en France des ensembles pluridisciplinaires d’enseignement supérieur et de recherche qui soient de rang mondial. Or, les classements internationaux des universités (Shangaï…) laissent peu ou prou de côté les humanités et sciences sociales, dans la mesure où en sciences exactes, les revues recensées sont très majoritairement publiées en anglais, quel que soit leur pays d’édition. Tandis qu’en sciences humaines et sociales, la promotion des travaux se fait lors de conférences ou dans des revues non anglo-saxonnes.

[3] Marc Conesa, Pierre-Yves Lacour, Frédéric Rousseau, Jean-François Thomas (coord), Faut-il brûler les humanités et les sciences humaines et sociales ? Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2013.

[4] Fabienne Blaise, Pierre Mutzenhardt, Gilles Roussel, « Disciplines rares », rapport ministériel du 16 décembre 2014.

[5] Vincent Jouve, Pourquoi étudier la littérature? Paris, Armand Colin, 2010, 4e page de couverture.« Nous sommes aujourd’hui confrontés à une crise des études littéraires, qui s’exprime par les interrogations suivantes : à quoi sert l’enseignement des Lettres ? Faut-il le maintenir ? Et si oui, que faut-il y faire ? »

 Jean-Marie Schaeffer, Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature ?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011, 4e page de couverture. « La crise actuelle des études littéraires est d’abord une remise en cause de leur légitimité. À quoi peuvent-elles servir ? Comment envisager leur avenir ? »

 Dominique Maingueneau, Contre Saint Proust ou la fin de la littérature, Paris, Belin, 2006. « Aujourd’hui la question porte non sur le comment de la production littéraire et de son étude, mais sur l’existence même de la littérature et l’intérêt de son étude. Au-delà, ce qui est sous-jacent, c’est une crise de civilisation qui embrasse à la fois les nouvelles technologies de la communication et l’identité européenne. »

Tzvetan Todorov, La littérature en péril Paris, Champs, Essais, 2007.

 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? Paris, Ed. Amsterdam, 2007

William Marx, L’adieu à la littérature, Paris, Editions de Minuit, 2005.

[6] http://www.univ-irem.fr/

[7] Un contre-exemple est ce nouveau programme  (BO du 4 avril 2019) https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=140520

[8] « Pour une littérature-monde en français », manifeste à l’initiative d’Alain Mabanckou et avec le soutien notamment de Tahar Ben Jelloun, Maryse Condé, Didier Daeninckx, Ananda Devi,  Edouard Glissant, Michel Le Bris, JMG Le Clézio,  Amin Maalouf, Nancy Huston, Dany Laferrière, Gilles Lapouge, Anna Moï, Erik Orsenna, Gisèle Pineau, Jean Rouaud, Jean Vautrin, Abdourahman A. Waberi…, Paris, Le Monde des livres, 15 mars 2007.

https://www.lemonde.fr/livres/article/2007/03/15/des-ecrivains-plaident-pour-un-roman-en-francais-ouvert-sur-le-monde_883572_3260.html

[9]   Jean Rouaud et Michel Le Bris (coord), Pour une littérature-monde, Paris, Gallimard, 2007. http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Litterature/Pour-une-litterature-monde

[10] Manifeste précité.

[11] IREM,  http://www.univ-irem.fr/

 

 

 

 

Note de lecture de l’ouvrage sur les langues-cultures (Questions de classes)

 Les langues-cultures moteurs de démocratie et de développement
Martine Boudet coordination (Paris, Le Croquant, 2019)

 Ce livre cherche à penser les langues et les cultures dans un monde traversé par la mondialisation néo-libérale, et en même temps par des aspirations enracinées dans le local. Dans une perspective qui se veut optimiste malgré les obstacles, cet ouvrage interroge le rapport entre les identités culturelles et linguistiques, et un système démocratique où chaque peuple et chacun devrait voir sa place reconnue.

 18 chapitres, 18 contributions d’auteurs de diverses origines du Nord et du Sud, ainsi que de disciplines variées – pédagogie inspirée du mouvement Freire et du GFEN, anthropologie culturelle, linguistique du développement, droit…—, avec la participation de la DGLFLF (Délégation de la langue française et des langues de France – Ministère de la Culture). Sont abordées des facettes de cette problématique avec des focalisations diverses et complémentaires. Certains chapitres décrivent et analysent la situation contemporaine des langues-cultures en France et celle qui prévaut ailleurs, dans le monde. J’ai apprécié la mise en opposition du monolinguisme, sorte de religion d’État régnant en France, avec les langues régionales, les français parlés et écrits dans la francophonie. Notre langue s’est nourrie de tous les apports des « patois », des créoles : si le français s’appauvrit, n’est-ce pas par tarissement organisé de ces sources-là ?

 En réponse, ce livre propose de nombreuses pistes d’action : j’ai goûté le chapitre sur les forums associatifs des langues qui font la promotion de l’égalité de toutes les langues : « Nous considérons que tout ce qui est parlé par des hommes comme des langues, pour combattre l’idée qu’il existerait des « sous-langues » qui mène toujours à l’idée qu’il existe des « sous-hommes » [1].

 L’ouvrage propose aussi des pistes pédagogiques : « Il a fallu quelques siècles pour que l’écriture et la lecture soient perçues comme une nécessité pour tous. Le monde actuel exige à présent que nous prenions conscience de la nécessité pour tous de sortir du monolinguisme. » [2] Alors que le monolinguisme incite à la négation d’autrui, les situations multilingues éveillent une curiosité pour toutes les langues et les cultures.

 Dans tous les chapitres, on retrouve l’affirmation que les langues ne sont pas de simples véhicules d’informations. Leurs dimensions anthropologiques, culturelles, sociales et intimes sont indispensables à la construction du sens, de la démocratie et d’un développement équilibré. Le néologisme anthropoglossophilie (titre du chapitre 14) [3] me semble bien résumer, entre autres concepts, le projet ambitieux et humaniste de cet ouvrage.

 La table des matières, la liste des auteurs et le bon de commande sur le site des éditions du Croquant.

Notes

 [1Chapitre 12 « Historique, principes et objectifs du forum associatif des langues » par Claude Sicre, p. 169.

 [2Chapitre 8 « Polyglossie : apprendre et enseigner l’intelligence des langues » par Joëlle Cordesse, p. 113.

 [3Chapitre 14 « Pour une éducation et une démocratie inclusives : le paradigme de l’anthropoglossophilie » par Joëlle Cordesse et Silvia Manfredi. p. 197.
« L’anthropoglossophilie vise la conscientisation, dans l’acte d’apprendre des langues, suivi d’analyse réflexive, de notre appartenance au genre humain.» p 199.

Posté le 18 février 2020 par Jean-Louis Cordonnier

Site de “Questions de classes”

https://www.questionsdeclasses.org/?Les-langues-cultures-moteurs-de-democratie-et-de-developpement 

 

 

Quel avenir pour l’Université ?

Rencontre à l’université Jean-Jaurés (Toulouse, grand amphi) le 11 avril 2018
Projection du documentaire d’Arte sur la création de l’université de Vincennes après les événements de mai 68[1] “Vincennes, l’université perdue” de Virginie Linhart (2016)

Continuer la lecture

Propositions pour la journée d’études du groupe Lettres- SNES (21-11-2017)

             Les objectifs du français et des Lettres concernent l’enseignement de la langue, de la littérature et de la culture. Ils correspondent grosso modo au socle de compétences, de savoirs  et de culture. En relation avec ces objectifs, cette contribution porte sur deux composantes disciplinaires, d’une part les grammaires de discours et sémantique (enseignées en particulier au primaire et au collège) et d’autre part les littératures comparée, francophone et européenne (entre autres pour le lycée).
           Un point est fait au final sur les enseignements dans le cadre de la filière littéraire, par référence aux fondamentaux des sciences humaines et sociales/SHS. [1]    Continuer la lecture

Dans la disruption (comment ne pas devenir fou ?) de Bernard Stiegler

                          Dans la disruption (comment ne pas devenir fou ?) de Bernard Stiegler (Les liens qui libèrent, 2016)[1]– Note de lecture de Martine Boudet
——————————————–

                Dans la longue liste des périls qui se profilent à l’horizon des sociétés mondialisées, le philosophe Bernard Stiegler étudie la guerre économique menée à partir des industries de la communication.  Le point de départ est « la convergence des technologies de la communication, de l’information et des télécommunications » (p 16), qui rend possible une conquête hégémonique du multimédia. Continuer la lecture

Diversité/Interculturel/Inclusion: éléments d’un nouveau paradigme (Martine Boudet)

I-Contexte-Exposé des motifs

       La grave crise morale et politique que traverse le pays et singulièrement la jeunesse appelle des recours adaptés. L’extrémisme populiste qui prend progressivement le pouvoir à différents niveaux de l’Etat ainsi que les attentats djihadistes perpétrés en 2015 en sont des révélateurs : notre modèle de société et de République fait l’objet d’une remise en cause fondamentale, tant dans la population d’origine française que dans les quartiers populaires et multi-ethniques. Continuer la lecture

“Système éducatif”: note de lecture de l’Observatoire des politiques culturelles

Rédigé par une équipe pluri-disciplinaire, cet ouvrage, qui présente le grand intérêt d’aborder l’histoire de l’Education nationale et de présenter d’autres systèmes éducatifs européens, constate l’accroissement des inégalités à l’Ecole et à l’Université. Constitution, au sommet de la pyramide, d’une élite d’experts et progression de l’échec scolaire et des violences à la base résultent pour les auteurs de l’émergence d’une « économie de la connaissance » encore peu pondérée. Continuer la lecture

Les études post-coloniales en France: bilan et perspectives à l’aune de l’actualité (EHESS-Paris)

Migrations de masse suite à des conflits armés ou à la crise économique, montée des populismes extrémistes en France et en Europe, attentats djihadistes, mobilisations anti-racistes à partir des quartiers populaires…: cette actualité multilatérale repose les termes du débat citoyen. Quelle part peut y prendre la communauté universitaire et éducative? Le séminaire du 3 décembre 2015 fera un point sur des programmes de recherche et d’enseignement en vigueur ou souhaitables dans le secteur des études post-coloniales. Continuer la lecture

Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (note de lecture de Christian Delarue)

Martine Boudet, membre des Cahiers pédagogiques et de l’AFEF, a co-dirigé avec Florence Saint-Luc, du mouvement Freinet, un important ouvrage collectif sur les enjeux de la recherche et de l’enseignement.

Continuer la lecture

A propos du colloque de la revue Pratiques (Martine Boudet)

Ce fut un grand bonheur que cette rencontre (1) sur le campus de Metz, campus à dimension humaine et, qui plus est, ensoleillé en cette période printanière. Rencontre avec tant de spécialistes de la didactique du français et des littératures française et francophone, les communications portant sur différents aspects de la recherche et de l’enseignement dans ces composantes disciplinaires. Continuer la lecture

Recension du “Système éducatif” (Pascale Gruson, EHESS- Revue Projet)

Depuis l’allongement de la scolarité obligatoire, effective au tout début des années soixante, la crise du système d’enseignement est un thème récurrent. Il connaît d’infinies variations, toute réforme touchant un élément de celui-ci (administration, programmes) paraissant affecter l’ensemble alors emporté dans un jugement global négatif, la baisse du niveau et diverses calamités associées. Continuer la lecture

Des humanités à revivifier pour la refondation de l’Ecole (Evelyne Clavier)

A l’heure de la difficile mise en œuvre de la loi de Refondation de l’Ecole, l’ouvrage pluridisciplinaire coordonné par Martine Boudet et Florence Saint-Luc apporte un éclairage d’envergure sur la crise du système éducatif français, replacé à la fois dans son contexte républicain et dans celui de la mondialisation des connaissances. Continuer la lecture

Programme de recherche-formation-enseignement pour une authentique refondation (Véronique Francis)

Recension du Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2014)

Cet ouvrage, coordonné par Martine Boudet et Florence Saint-Luc, avec une préface de Philippe Meirieu, se situe au carrefour de plusieurs champs scientifiques: l’anthropologie culturelle, les sciences de l’éducation (psychologie institutionnelle, didactiques disciplinaires, psycho-pédagogie)… Inspiré également par des associations enseignantes et d’éducation populaire (mouvement Freinet, Cahiers pédagogiques…), il est à l’actif d’une équipe pluri-disciplinaire et pluri-catégorielle. Continuer la lecture

Présentation du “Système éducatif” à l’université de Toulouse Jean Jaurés

Rencontre avec Martine Boudet, co-coordinatrice de l’ouvrage.

Couv-QUE07.jpg

Venez nombreux le mardi 31 mars 2015 de 17h à 18h à la librairie Études pour une rencontre avec Martine BOUDET professeure agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature française, autour de l’ouvrage collectif  Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance paru dans la collection « Questions d’éducation » (Presses universitaires du Midi).
La rencontre sera animée par Jacques FIJALKOW, professeur émérite en sciences de l’éducation (Université Toulouse – Jean-Jaurès) et directeur de la collection “Questions d’éducation” et de la revue Les Dossiers des sciences de l’éducation aux PUM.

http://www.univ-tlse2.fr/accueil/recherche/publications/presentation-de-l-ouvrage-le-systeme-educatif-a-l-heure-de-la-societe-de-la-connaissance-le-31-mars-2015-357671.kjsp?RH=04Recherche
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/+Presentation-de-l-ouvrage-Le,104+.html